Afficher la contribution de :






Contribution de N°15 - Jean-Louis LAVOISARD

Incitation à « communiquer »

La SAT souhaitant développer ses exportations vers les USA dans le domaine de la commutation téléphonique, tenta d’y introduire les petits commutateurs qu’elle développait. En effet, ce segment du marché (systèmes d’intercommunications et petits commutateurs privés) présentait une excellente opportunité par son volume et par son niveau de prix, compte tenu du taux de change de l’époque (cela ne dura malheureusement pas).
Le moyen, le plus efficace étant de s’associer avec une firme locale déjà connue, dans le milieu des affaires, c’est l’entreprise IPC (Interconnect Product Company) qui fut retenue et dont la SAT prit d’ailleurs une partie du capital. IPC qui possédait des locaux dans un immeuble situé au coin de Wall street et de South street, le long de l’East River, était particulièrement introduit auprès des sociétés financières et des agents de change new yorkais.
Lors d’une première visite dans ces bureaux, des réunions se succédèrent pendant plusieurs jours entre techniciens et commerçants des deux entreprises. Arrivé de Paris avec un bagage minimal, je manquai rapidement de papier, pour prendre des notes aux cours des discussions. Je demandai alors à une secrétaire si elle pouvait me procurer quelques feuilles de papier, Elle acquiesça et revint dans les cinq minutes avec un bloc notes « IPC » dont chaque feuille était celle qui figure ci-contre.
Je fus assez surpris, à la fois du dessin, de l’incitation et de l’utilisation du français ! Aussi, dès la première pause-café où je vis cette secrétaire je lui fis part de mon étonnement et lui demandai, en plaisantant, si cette incitation s’appliquait au travail quotidien chez IPC. Je n’eus pas de réponse et pensai donc que la jeune femme avait trouvé ma question un peu « déplacée » ou encore que je m’étais mal exprimé dans mon anglais resté un peu scolaire.
Pourtant, dans l’après-midi, la jeune femme s’approcha de moi et me proposa de me guider le soir même pour découvrir quelques endroits de New York. La proposition était alléchante et j’ai accepté, sans hésiter, de la retrouver pour un petit tour.
Je connaissais déjà certains quartiers de la ville, elle sut m'en faire découvrir plusieurs autres. Douée d'un ingénieux sens pratique, elle m'expliqua ensuite, que plutôt que de retourner à mon hôtel, je pourrais passer la nuit chez elle : ainsi le lendemain matin, nous irions au travail ensemble !
Puisque, aujourd’hui, il y a prescription, j’avouerais que, cette nuit-là, j’ai pu profiter des charmes de La Grosse Pomme, mais aussi de ceux de la jeune femme. J’en conclus qu’il s’agissait là de la réponse à ma question : l’incitation figurant en haut du bloc note ne s’appliquait pas au travail, mais à la vie privée, ou . . . aux heures supplémentaires !

 


Retour